En bref : pourquoi nos démocraties bloquent les lois environnementales et ce que nous pouvons faire pour y remédier.

This article is also available in English.

Cet article fournit, en résumé, les résultats de cette analyse.

Crédit photo : Mockup Graphics sur Unsplash. La photo fait référence à l’expression anglaise “in a nutshell” (en bref)
  1. Problème : la crise environnementale
  2. Sous-problème : les lois environnementales dont nous avons besoin ne passent pas
  3. Cause intermédiaire : l’acceptation sociétale du paradigme erroné que la croissance économique est bonne avant toute autre chose et devrait donc être la priorité de nos sociétés.
  4. Cause profonde : l’avantage inhérent des fausses informations (tel que l’histoire que la croissance économique est toujours bonne). Les fausses informations peuvent être exagérées, et attirer ainsi l’attention de plus de personnes. Il en résulte que notre système politique est dominé par la boucle de rétroaction de “la fabrique de l’ignorance”, qui facilite l’arrivée au pouvoir des politiciens gouvernant pour des intérêts minoritaires, et notamment les intérêts des grandes entreprises à but lucratif (qui bénéficient de, et donc poussent, l’histoire sur la croissance économique).
  5. Point de levier à haut impact : améliorer l’environnement de l’information à disposition des citoyen.ne.s, ainsi que leur capacités individuelles à détecter les fausses informations. Cela peut se faire par le biais de l’éducation, avec par exemple, des institutions qui vérifient la véracité des arguments politiques (e.g. des “ratings de verité”). Quelques idées issues du Center of Humane Technology (focalisé sur les réseaux sociaux), des chercheurs de Yale, de Institute for the future et Thwink.
  6. Boucles de rétroaction clés: la fabrique des connaissances/de l’ignorance

Cet article fait partie d’une série dont l’introduction se trouve ici.

Cela vous dit d’en discuter ? Rejoignez-nous